@ARG - a

CONNECTIC est conçu comme une expérience on & off line de traduction artistique de notre époque.


Le processus de création s'est lui-même apparenté à un jeu de rôle artistique où auteur, acteurs, techniciens ont plongé dans un processus de transposition imaginaire de leurs vies aujourd'hui.

 

"Alternate Reality Game Art"

Global & évolutif

Immergé et immergeant

(...)

VIRTUEL / croisement du réel & du fictionnel

Univers décliné >>> multi-plateformes

CONNECTIC implique le spectateur dans la fiction qui lui est proposée. Cette implication est au croisement du classicisme et de l'innovation. 

 

INNOVATION parce qu'utilisant toutes les ressources actuelles des arts/performances/games contemporains :

 

interconnection web & live

interconnection arts visuels & live arts

décadrages narratifs / CAD sortir des cadres classiques "ceci est une fiction" ou " ceci n'est pas une fiction"

#BordCadre#


décadrage formel / CAD que la forme est aussi une interrogation parfois perturbante de ce que nous appelons "art/théâtre/forme contemporaine"

interaction & sharing via le réseau social & les différentes formes d'événementiels participatifs qui sont le contexte et le fonds de l'histoire

dialogue formel : slam, vidéo, musique rock, chanson, webart ou visual art, théâtre allusif, théâtre burlesque, théâtre grotesque, théâtre intimiste... 

 

 

CLASSICISME  parce qu'au delà de toutes les formes, modes, design, chartes visuels ou narratives, il y a la racine des choses :avoir quelque chose à dire, à défendre et à passer.

 

Classique parce que l'art du conteur, l'art de l'acteur, l'art de la construction - qu'elle soit visuelle, narrative, relationnelle... - l'art de l'écriture, l'art la "mise en scène" ou de l'organisation formelle de la représentation... tous ces arts existaient bien avant l'apparition duWeb, du Digital, de l'image animée...

Bref...

 

La source de l'art est dans l'homme et dans son histoire.

 

Des mouvements subversifs ou contestaires qui nous paraissent "neufs" et modernes sont souvent de pâles imitations de ce qui s'est fait au cours des générations précédentes.

Dada, sixties and seventies.

 

Il est alors utile de puiser dans latradition, dans la convention, dans l'ouvrage bien fait et l'art de bien faireun ouvrage pour peut-être s'y opposer, le retourner ou s'en affranchir.

 

"Le blasphème implique de connaitre la religion."

"L'originalité implique de connaitre ce qui existe".

Autrement on ne réinvente que le fil à couper le beurre.

 

(...)

Création graphique Crescence
Création graphique Crescence

@société du spectacle

@traversée du miroir & fragmentation

Un spectacle situationniste ?

Un spectacle volontairement Hors Case (s)

Un spectacle de combat

CONNECTIC a été et demeure également conçu comme un voyage et une récupération parfois ironique de ce qui fait le contemporain - d'un point de vue esthétique & politique.

 

Nous avions deux objectifs productifs :

- fabriquer un spectacle "contemporain"

- nous démarquer des clichés tout en les utilisant

C'est à dire être dans une mouvance tout en la retournant ou en nous en distanciant.

 

Etait-ce bien ou mal ?

Je ne sais pas.

C'était risqué.

Et cela demeure risqué.

Car c'est une démarche solitaire, à l'écart du groupe ou des mouvements tout en revendiquant une appartenance ou une utilisation - ne serait-ce qu'appartena,nce économique ou utilisation économique.

Or le solo est un art d'équilibriste, un art du compromis ou de la folie - si l'artiste qui le pratique ne veut pas finir nu comme le roi ou à moitié cinglé.

 

Avec la création de CONNECTIC, notre objectif était d'être In  ou Mod'  tout en rejetant ou combattant l'art du sur'éphémère que traduit la volonté farouche  d'être de son époque  - formellement et dans le message/discours - d'une partie de la scène dite contemporaine mais bien vieille et usée au regard de l'histoire des arts.

 

Et de finalement de rater l'essentiel qui est d'être. Ici et maintenant sans préjuger d'une forme qui déjà appartient au passé dès lors qu'elle est formulée.

 

Notre objectif était de dépasser un clivage sociologique ou socio-historico-artistique : celui d'une opposition entre Commercial &Artistique  dans le champ du théâtre.

Le fameux clivage Privé/Public.

Ou Art/Divertissement.

 

Un clivage absurde.

Fabriquée comme une arme de pouvoir ou de protection d'un groupe dominant.

Un clivage hypocrite qui s'efface dès que l'Artistique trouve à Faire commerce.

 

Un clivage où il n'y a qu'une seule et même "victime" ou qu'un seul et même "dupe " : le spectateur & le citoyen - c'est à dire celui qui regarde des spectacles & celui qui les finance via sa participation à l'impôt.

 

Il nous semblait intéressant d'interroger ce mouvement historique de fonds de récupération de l'art - ici l'art vivant - au service d'une forme cachée de propagande - puisque l'art en tant que ministère ou que service public est une invention somme toute assez liée aux totalitarismes apparus dans les années 20/30 qui enfantèrent la seconde guerre.

Bref...

Vaste sujet qui dépasse le modesteCONNECTIC, simple spectacle prétendant que divertissement & art sont frères en cette aventure qu'est le spectacle vivant*.

 

* c'est l'un des chantiers formidable de CONNECTIC : interroger le rapport entre spectacle & vie, entre IMAGE/CORPS VIVANT.

(...)

Un spectacle où l'émotion est politique.

Un spectacle où la politique est intime.

Un spectacle qui ex/pose les questions.

Comment s'engager ?

Aujourd'hui, là tout de suite, maintenant.

 

Pour qui ?

Pour quoi ?

En qui ou en quoi croire ?

 

Ce sont les questions au coeur de CONNECTIC.

C'ets l'absence de réponses simples et la lucidité d'une époque/génération parfois désabusée ou violemment ébranlée dans son innocence qui est au coeur de CONNECTIC.


L'Amour ?

Un acte politique ?

Une question politique !

Il n'y a d'engagement que de coeur or l'amour est au coeur de nos vies.

C'est la grande question de CONNECTIC.

La solitude - cause nationale 2011 ?

La conséquence simple de cette difficulté à engager... à 's' engager... à n'engager parfois que le premier pas, ce premier pas vers cet autre qui nous fait peur...

Un regard sur le faux diktat "RATIO"...

En occident, nous sommes formés à élever la ratio au rang de "valeur première" - il n'y a qu'à regarder l'hyper valorisation des filières mathématique, scientifiques ou "organisationnelles et

Mais... le pouvoir est dans "l'AFFECT". L'économie, la politique, le droit même... ne sont pas gouvernés par le rationnel mais par l'affect et le coeur.

Les marchands du Temple ou les néo-publicitaires - qui vendent autant une lessive qu'une politique ou qu'un coup à tirer - le savent depuis longtemps. Sexe, coeur, corps sont les points aveugles d'u

Un regard sur la société de consommation

Un regard sur la société du déchet

Un décor et des accessoires au croisement du high Tech et de la récup bidouillé ou de l'objet cheap de super marché.

(...)